Nos matins intérieurs

Avec le Quatuor Debussy
Pièce pour dix jongleurs et quatre musiciens

LE PROJET

Le Collectif Petit Travers et le Quatuor Debussy projettent de créer une grande forme ensemble. Nous nous pencherons alors sur les liens étroits qui lient l’intime et l’universel au travers de la question de la pratique des interprètes (musicien•ne•s et jongleur•se•s) et de la façon dont elle modèle leur rapport au monde. Nous intégrerons avec l’écrivain Stéphane Bonnard, la parole singulière de chacun•e au sein d’une pièce dans laquelle se mêleront témoignages intimes et langages musicaux et chorégraphiques. Ce sera aussi l’occasion pour nous de poursuivre un travail de plateau que nous avons commencé voilà plus de dix ans avec certain·e·s interprètes, tout autant que d’intégrer à la compagnie de nouvelles figures qui enrichiront l’éventail des présences.

Après deux aventures artistiques individuelles (la mise en scène d’Encore la vie, pièce pour quatre jongleur·se·s et l’ensemble TaCTuS, pour Nicolas Mathis, et la création de S’assurer de ses propres murmures, un duo jonglé avec le batteur de jazz Pierre Pollet, pour Julien Clément), nous avons à coeur de retrouver la richesse de la co-direction de projet et le partage de la construction d’une démarche exigeante.

LA DEMARCHE

Nous travaillerons avec 10 jongleurs et jongleuses au plateau, certain·e·s avec qui nous collaborerons depuis 10 ans, d’autres que nous allons rencontrer pour ce projet : Etienne Chauzy, Julien Clément, Gaëlle Coppée, Rémi Darbois, Amélie Degrande, Bastien Dugas, Alexander Koblikov, Taichi Kotsuji, Carla Kühne, Anna Suraniti. Nous avons nourri l’idée de considérer le groupe non pas comme premier, comme ce fut le cas dans certaines de nos pièces précédentes mais comme avant tout constitué d’individus singuliers, uniques, originaux dans leurs parcours, et dans leur rapport personnel à la fois au métier de la scène et à leurs pratiques du jonglage.

Chaque jongleur·se travaille dans la solitude à inventer son rapport à ses objets, c’est une pratique qui développe les singularités, chacun·e inventant, au delà des modes et des grandes tendances qui parcourent cet art, une manière unique de construire son corps et son vocabulaire, son toucher d’objet et ses enchaînements. Chacun·e vit également de manière originale son rapport à la pratique quotidienne ou non du jonglage, qui peut être vécue comme un jeu, un entraînement au sens sportif, une quête, ou une construction esthétique.

Nous avons l’envie de recueillir les témoignages, les paroles de chacun·e, avec comme l conducteur l’idée du double mouvement « émancipation/aliénation » qu’induit toute pratique exigeante, qui empiète sur la vie personnelle autant qu’elle l’enrichit, qui renferme sur soi, autant qu’elle permet la rencontre avec l’autre.

Nous aimerions réaliser une série de portraits puis ensuite s’en servir comme matériaux scéniques pour la pièce, comme l conducteur, comme autant de zooms sur chacun·e, avant de les voir se fondre dans de grandes chorégraphies collectives où les notions de temps partagé et d’espace habité priment sur l’individualité. Nous aimerions prendre ce grand mouvement d’aller/retour qui relie le groupe à l’individu et chaque jongleur·se au collectif par le prisme du personnel, de l’intime et de la construction de soi.

 

NOS COLLABORATIONS

Le Quatuor Debussy

Engagé depuis toujours dans des compagnonnages fructueux avec le spectacle vivant en général et le cirque en particulier, le Quatuor Debussy est venu nous solliciter et nous proposer de mettre son expérience musicale et scénique au service de notre travail d’écriture du jonglage. Durant des séances d’écoute et de partage, un répertoire s’est peu à peu dessiné, jetant un pont entre la musique ancienne (Purcell, Dowland…) et l’écriture actuelle du compositeur contemporain, Marc Mellits.

La musique ancienne fait appel à notre mémoire historique, elle puise son émotion dans les racines de la culture européenne et nous parle profondément, touche directement notre sensibilité et notre oreille. Cette musique revêt une grande variété de formes et de tempos. Basée sur des motifs qui se répètent et s’enchevêtrent, elle sera pour nous la base d’une architecture sur laquelle viendront se poser nos compositions jonglistiques collectives.

La musique pour quatuor de Marc Mellits est emprunte de culture populaire, rock, répétitive, tout en proposant un langage résolument contemporain au traitement rythmique exigeant et riche. C’est une musique qui dessine des espaces, fait voyager le son d’un interprète à l’autre comme nous échangeons nos balles… un dialogue s’établit naturellement avec le jonglage. C’est également une matière riche en affects qui propose un univers sonore entre mélancolie et énergie brute. Elle soutiendra et accompagnera les prise de paroles et l’apparition des singularités vivantes de chaque interprète.

 

Stéphane Bonnard

Co-directeur artistique de KompleX KapharnaüM, Stéphane Bonnard a l’expérience du recueil de témoignages et sait faire émerger, au cours d’entretiens la force de la parole intime pour la faire résonner avec quelque chose qui tient de l’universel. Son expérience de metteur en scène tout autant que d’écrivain nous sera précieuse pour aborder ce domaine nouveau pour nous qu’est celui de la prise de parole au plateau. Nous chercherons à faire naitre ce trait d’union qui relie la singularité de chacun, son charme, sa maladresse touchante et son désir profond, à l’expérience universelle de chacun qui est de construire sa place dans un monde complexe, d’apprendre à se lier avec l’autre par sa pratique, de se dire et se développer en tant qu’individu pour se construire une place dans la collectivité. Faire l’expérience de la différence et des complémentarités d’où émerge la beauté qui se partage.

 

Arno Veyrat

Compagnon de route de la compagnie à ses débuts, Arno Veyrat a également signé toutes les créations lumière de la compagnie 111 depuis ses débuts. Son regard affuté, sa connaissance des contraintes des techniques circassiennes en font un collaborateur précieux qui sait modeler les espaces, les rendre vifs et poétiques avec une économie de moyen. Ses parti-pris en terme de rythmes et de couleur permettent un dialogue constant avec la matière vivante et viennent épaissir les perceptions du spectateurs tout en guidant son regard. Il signera sa quatrième mise en lumière pour notre compagnie.

 

Distribution

Ecriture : Julien Clément et Nicolas Mathis
Mise en scène : Nicolas Mathis
Avec les musiciens du Quatuor Debussy : Christophe Collette et Emmanuel Bernard, violons, Vincent Deprecq, alto, Cédric Conchon, violoncelle.
Avec les jongleur.se.s du Collectif Petit Travers : Etienne Chauzy, Julien Clément, Gaëlle Coppée, Rémi Darbois, Amélie , Bastien Dugas, Alexander Koblikov, Taichi Kotsuji, Carla Kühne, Anna Suraniti
Recueil de paroles et textes : Stéphane Bonnard
Construction de la scénographie : Olivier Filipucci
Création lumière : Arno Veyrat
Régisseur lumière : François Dareys

SOUTIENS

Première : septembre 2023 à la Biennale de la Danse de Lyon 2023

Coproduction et accueil en résidence : Maison de la Danse, Pôle européen de création, Lyon ; La Biennale de Lyon ; Plateforme 2 pôles cirque I La Brèche à Cherbourg et le Cirque Théâtre d’Elbeuf ; Le Sirque, Pôle National des Arts du Cirque Nexon Nouvelle Aquitaine ; Agora – Pôle National Cirque Boulazac Aquitaine ; Théâtre La Cité Bleue, Genève ; Le Carré Magique, Pôle National Cirque en Bretagne ; Le Carreau, scène nationale de Forbach et de l’Est mosellan ; Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Scène nationale ; La Rampe-La Ponatière, scène conventionnée danse et musique, Echirolles.

Recherche de partenaires en cours.